Levées de fonds de startups en 2019

7 petites histoires dans la grande

N°1 – Interswitch (Nigeria) – 200 millions de dollars

Elle est entrée dans le club des licornes africaines – sociétés valorisées à 1 milliard de dollars – en novembre 2019, après avoir reçu 200 millions de dollars de la part de l’américain Visa. Fondée à Lagos en 2002 par Mitchelle Elegbe, cette société de paiement électronique connectée à 17.000 point de retrait nigérian et qui enregistre plus de 500 millions de transaction par mois devrait entrer en bourse à Londres en 2020.

N°2 – Opay (Nigeria) – 170 millions de dollars

Adossé au navigateur norvégien Opera, racheté en 2016 par le milliardaire chinois Yahui Zhou, la plateforme nigériane Opay, spécialisée dans les services et le paiement mobile a attiré en juillet puis en novembre 2019, plusieurs investisseurs chinois. Les tours de table successifs ont abouti à deux levée de fonds de 50 millions puis 120 millions de dollars.

Outre Opera Limited, ils comptaient parmi les investisseurs IDG Capital, Sequoia China, Source Code Capital, GSR Ventures mais aussi Meituan-Dianping, GaoRong, Softbank

Ventures Asia, BAI et Redpoint. La somme permet à Opay d’être plus ambitieuse en lançant ses activités au Ghana, au Kenya ainsi qu’en Afrique du Sud.

N°3 – Andela (Nigeria) – 100 millions de dollars

Le quatrième tour de table de l’entreprise américaine basée à Lagos et spécialisée dans le recrutement, la formation et le placement de codeurs africains pour le compte de grandes entreprises technologiques internationales, a été mené par la société d’investissement Generation Investment Management de l’ancien vice-président américain Al Gore.

Andela a donc levé 100 millions de dollars en janvier 2019 avant d’annoncer neuf mois plus tard un revirement stratégique qui l’a amené à licencier des centaines de codeurs nigérians, ougandais et kényans malgré un chiffre d’affaires de 50 millions de dollars.

N°4 – BBOXX (England)– 81 millions de dollars

Ce n’est pas un mais bien deux tours de tables qu’a effectué la start-up britannique BBOXX cette année. Un premier de 31 millions de dollars en janvier 2019 puis un second de 50 millions de dollars en août 2019. Implantée au Rwanda, au Kenya, en RDC et au Togo où le français EDF détient 50 % de la filiale, la société cofondée par Mansoor Hamayun, Christopher Baker-Brian et Laurent Van Houcke puisera dans ces fonds pour approvisionner 10 millions d’Africains en électricité d’ici 2022 grâce à ses services d’énergie solaires off-grid.

N°5 – Swvl (Egypte) – 42 millions de dollars

Prononcez “swivel” qui signifie “pivot” en anglais. Cette start-up a été créée au Caire en 2017 par Mostafa Kandil, un trentenaire rompu au monde de la tech. Ex-directeur des opérations de Rocket Internet, il a lancé Careem, dans plusieurs villes égyptiennes et pakistanaises ainsi qu’à Istanbul. De quoi l’inspirer à créer sa propre structure de transport public par bus, Swvl. L’entreprise a levé 42 millions de dollars en juin 2019 au cours d’un troisième tour de table mené par les fonds suédois VC Vostok Ventures et dubaïote BECO Capital. Désormais valorisée à près de 100 millions de dollars, la start-up veut s’étendre en Afrique. Déjà présente à Nairobi, elle s’est lancée en juillet 2019 à Lagos, au Nigeria.

N°6 – Retail capital (Afrique du Sud) – 41,7 millions de dollars

En mars, la fintech sud-africaine fondée par Karl Westig et spécialisée dans le financement des petites et moyennes entreprises a levé 41,7 millions de dollars lors d’un second tour de table mené auprès du holding Crossfin. L’objectif est notamment de muscler ses canaux de distribution. Sept mois plus tard Retail Capital s’est rapprochée du fournisseur de service de paiement local, PayGate, pour développer un service de fonds de roulement à court termes baptisé Easy Advance. À ce jour, Retail Capital a accompagné 10.000 entreprises, principalement des restaurants et des détaillants.

N°7 – PalmPay (Nigéria) – 40 millions de dollars

La société nigériane de paiement électronique a attiré l’attention du géant chinois de la téléphonie mobile Transsion et deux autres acteurs du secteur, NetEase et Mediatek. En novembre elles ont toutes les trois injecté un total de 40 millions de dollars dans l’entreprise dirigée par Greg Reeve, permettant à l’application PalmPay d’être préinstallée dans l’ensemble des téléphones de Transsion (Tecno, Inifinix et iTel), soit 20 millions d’appareils en 2020.

Source: Jeune Afrique (le titre est de la rédaction)

Lire aussi:
8 mille millions FCFA levés par les startups sénégalaises en 2019
UEMOA : 583,36 millions de transactions via les comptes de monnaie électronique au premier semestre 2019
Télé-École C’est Télé et c’est École !
Prochains pôles IT & Pays Hi-tech en Afrique Rwanda, Egypte et Ethiopie
Emmanuel Bocquet: African Digital Business Booster

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.